Ouest France - Gare de Nantes. Le mobilier de la nouvelle mezzanine sera connecté

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/gare-de-nantes-le-mobilier-de-la-nouvelle-mezzanine-sera-connecte-6704822

Publié le 24/01/2020 à 07h36


Esthétique et spacieux


Certes le design et le mobilier de la future mezzanine de 4 000 m², qui enjambe les voies ferrées, sont une goutte d’eaudans le projet global de la gare. Mais c’est ce qui sera le plus visible par les Nantais et les touristes de passage, pressés de découvrir la nouvelle vue panoramique à 360°.

Un gros coup de projecteur dont l’architecte d’intérieure Angélique Godefroy, de l’agence AG architecture d’intérieur, basée à Saint-Léger-sous-Cholet (Maine-et-Loire), et David Lecoublet, gérant de Quadra mobilier, à Basse-Goulaine (quatre salariés), n’avaient pas forcément conscience en signant le marché. C’est à ces deux petites entreprises plutôt discrètes que Gare et connexions a décidé de confier l’aménagement de cette vaste zone de passage. « Quand on a reçu le coup de fil avec le OK, on a eu du mal à y croire ! », se souvient le duo.


250 places assises

Entre le Starbucks avec terrasse, côté gare sud, le restaurant étoilé (qui cherche toujours preneur), côté gare nord, et d’autres boutiques comme le chocolatier nantais Vincent Guerlais, près de 250 places assises sont prévues. « Ce sont cent de plus que ce que demandait le cahier des charges ! », se réjouissent les deux associés sur ce projet.


Une signalétique spécifique a été proposée pour se repérer dans ce vaste ensemble. On pourrait ainsi se donner rendez-vous dans l’un des huit espaces d’attente nommés Machines de l’île, Tour Bretagne ou Lieu unique. « Cette rue suspendue offre un nouveau point culminant qui fait le lien avec les grands monuments de la Ville », justifie Angélique Godefroy. Et pour compléter le tableau, David Lecoublet en est sûr : « Cette gare deviendra elle-même un nouveau symbole de Nantes ».


Modulable et connecté

Loin du design traditionnel métallique que l’on trouve dans les gares, « nous avons choisi d’aller vers plus de confort, de chaleur, dans un style neutre, doux et épuré, qui se fond dans l’architecture imaginée par Rudy Riciotti », souligne Angélique Godefroy.


Pas de rouge pétant donc. Mais plutôt des tons clairs, oscillant entre le gris blanc minéral et le marron clair. « Le choix du bois – du chêne – s’est vite imposé, notamment en échos aux arbres en métal et béton projeté », poursuit la professionnelle. Dix-huit poteaux en forme d’arbre soutiendront en effet la mezzanine.

On trouvera des tables hautes connectées fixées au sol, des espaces de coworking, des mange-debout, des tables de pique-nique et des bancs… Tous connectés (USB et secteur).

Des jardinières avec gravier résiné et arches métalliques pour structurer l’ensemble viendront égayer l’aménagement. Angélique Godefroy et David Lecoublet ont également proposé d’apporter quelques compléments, tels qu’un piano, des luminaires, des parasols ou même des espaces de jeux pour les enfants. « Mais il faut d’abord prendre le temps de s’approprier les lieux », conviennent-ils.


Écologique et Européen

Réparer, modifier, transformer… Le mobilier doit durer dans le temps. « On peut changer un pied de chaise ou une lamelle en bois sans problème », assure David Lecoublet, qui a préféré des produits industrialisés au sur-mesure. Le mobilier urbain se dégrade. Il fallait donc opter pour une solution pérenne.


Une dizaine de fournisseurs européens qui équipent déjà gares et aéroports, feront partie du projet. Ils répondent aux normes Écolabel, une charte écologique pour la fabrication et le retraitement. Ainsi, « en fin de vie, tous les équipements pourront être recyclés »

Fin mars, tout sera installé. À découvrir le 1er juin.